Loading…

IMMOBILIER.RENT

LE GUIDE INCONTOURNABLE DE L'IMMO
ventilateur brumisateur pour avoir moins chaud

Climatiseur ou ventilateur, lequel choisir cet été ?

On est de plus en plus soumis à des températures élevées en France. C’est pourquoi vous pensez à acheter un ventilateur ou un climatiseur. Une chose est sûre, ce sont des équipements stars depuis quelques années et ce n’est qu’un début, car le réchauffement climatique n’a pas fini d’agir sur nos vies.

Comment faire baisser la température dans son logement ?

A chaque fois qu’il y a une canicule, on ferme les volets, on se met dans le noir, mais le résultat est souvent peu convaincant. La nuit, on se réveille en sueur, on n’arrive plus à dormir. Il n’y a pas de miracle, à moins d’avoir une maison super bien isolée, et encore. Deux vraies solutions s’offrent à vous pour avoir moins chaud chez vous, c’est donc le ventilateur brumisateur ou le climatiseur. On a envie de vous recommander l’achat d’un ventilateur brumisateur, car son impact écologique est moins néfaste pour la planète que le climatiseur. Selon le modèle que vous allez acheter, vous pourrez faire baisser la température de votre logement de 10 degrés. Ce qui n’est pas le cas avec un simple ventilateur.

Ventilateur brumisateur pour l’intérieur et l’extérieur

Il existe différentes sortes de ventilateurs brumisateurs, et à tous les prix, vous vous en doutez bien. Cela varie selon leurs performances et leurs fonctionnalités. Certains peuvent chasser les moustiques par exemple, grâce à un ioniseur avec lequel on diffuse des huiles essentielles. Et mieux encore, certains ventilateurs brumisateurs d’intérieur peuvent purifier l’air et réduire la présence des pollens.

Il faut noter que le ventilateur brumisateur ne nécessite aucun travaux d’installation, ce qui est loin d’être le cas d’un climatiseur. A vous de voir, cela dit, on peut souligner un dernier point, lorsque vous allez comparer l’un et l’autre, penchez-vous sur la consommation d’énergie. C’est sans doute à ce niveau qu’il est important de prendre sa décision d’achat, car nos actes sont responsables du réchauffement climatique. C’est un peu le serpent qui se mord la queue !